Pour traduire cette page dans votre langue, copier le texte et cliquer sur le lien google translate.
https://translate.google.com

14 octobre 2018

 

Changer la façon d'utiliser l'art en société

 

Proposition d'une conférence sur le sujet de l'art comme implication sociale. Comment changer notre vision de l'art comme instrument d'élitisme en quelque chose d'applicable comme solution d'évolution de la pensée humaine?

JAM, artiste-chercheur en arts visuels au Québec propose un projet en art comme exemple dans cette direction d'évolution.

"L'ART POUR LA PAUVRETÉ"

Site web du projet: www.michelboisvertrecherchesculpturale.com
Courriel: michel@michelboisvertrecherchesculpturale.com

 

 

            La part de l'art dans l'évolution de la pensée humaine, doit être perçu du point de vue de l'imagination et non du point de vue de la réussite sociale, ou de la structure du vedettariat ou du point de vue de la richesse. L'art peut devenir une façon d'accéder à son humanité si l'art se met à s'impliquer dans la solution d'évolution de la pensée par son côté imaginatif.
Pour exercer son art l'artiste doit être en permanence attiré par le côté imaginatif de la pensée. Cette performance de l'esprit de l'artiste fait de ce genre humain, un être capable de créer un monde qui n'existe pas. En ouvrant la société aux idées artistiques contenues dans l'application de l'art comme enseignement au niveau de l'éducation des enfants et en installant l'art comme une obligation sociale au même niveau que tous les autres sujets contenus dans la société, nous apportons à l'évolution de la pensée humaine, un outil capable de faire évoluer la pensée humaine pour la rendre conforme à l'idée que nous nous faisons de ce que doit être l'humanité.
C'est dans ce sens que l'art peut apporter à l'humanité une sorte d'évolution de la pensée nécessaire à sa survie comme espèce.
L'imagination est incrustée dans la pensée de tous les individus sans exception. Il s'agit juste de créer une société qui extirpe l'imagination des gens comme un outil de travail plutôt que d'en réfréner l'usage comme c'est le cas depuis des milliers d'années. L'artiste sert de référence dans ce sens. C'est dans ce sens que JAM propose un projet d'aide aux démunis qui porte le nom de "L'art pour la pauvreté" qui suggère une autre manière pour utiliser l'art dans une société évoluée.
Vous trouverez sur son site web toutes les références à ce projet ou vous pouvez aussi composer le lien suivant: povertyart.site123.me

L'idée d'inscrire le projet comme sujet de conférence, m'est venu après avoir lu un article de Richard Martineau décrivant les conférences TED comme un endroit de diffusion des idées. Mes idées sont le matériel de base de ma fonction d'artiste. Je préconise l'utilisation de ses propres idées comme matériel de création en art. Je crois que les individus sont la réponse à l'évolution de la pensée humaine et je le prouve.

 

Définition du projet "L'art pour la pauvreté"

 

L'humanité s'est définie depuis des milliers d'années par l'émergence de la pensée comme instrument d'évolution. Cependant il reste beaucoup de chemin à faire pour atteindre cette pensée qu'on dit humaine. Nous devons comprendre comment nous développer afin de progresser hors de l'influence de l'animal toujours présent en nous.
Cet animal nous empêche d'évoluer correctement laissant des écarts entre les évolutions qui permettent à notre animal de continuer à intervenir dans notre processus d'évolution en bloquant cette évolution de la pensée humaine par des interférences qui détruisent les efforts d'évolution. Pour que l'évolution ce fasse réellement, nous devons comprendre les écarts et chercher à les combler.
L'art est capable de fournir certaines façon de faire qui vont permettent aux humain d'évoluer.
Le projet que propose JAM, fait partie des nombreuses tentatives exploratoires qui sont suggérées comme essaie de fonctionnement pour évoluer sous forme de groupe.
Le projet propose de modifier la façon d'acquérir une oeuvre d'art en passant par le don fait à un organisme de charité dans la transition de propriété entre l'artiste et le collectionneur.
Cette proposition est sous forme de projet. Un projet en art est une façon de comprendre l'hypothèse soulevée par l'idée par un exercice social d'intervention auprès des gens impliqués dans l'achat d'une oeuvre d'art. Des ajustements vont suivre si le projet réussi à intervenir publiquement.
JAM ne peut qu'imaginer le futur, comme artiste il ne peut pas prévoir l'avenir mais il peut l'imaginer.
Le projet provient de son imagination et devient une hypothèse de solution capable de changer la façon d'utiliser l'art en société.

 

 

Présentation du projet l'art pour la pauvreté

 

Le projet "L'art pour la pauvreté" de JAM, est une manière d'acquérir une des 25 oeuvres construite par JAM et installée sous forme de don dans le projet. L'acheteur ici considéré comme l'investisseur pour devenir propriétaire d'une oeuvre doit faire un don équivalent à la cote de l'oeuvre à un organisme de charité inscrit sur le projet. Toutes les oeuvres mises en don sur ce projet ont été créées par JAM avec le matériel métallique de la boite de conserve vide ainsi qu'une addition d'objets hétéroclites inscrivant cette démarche dans "L'art pauvre"

L'individu ou l'organisme qui désire acquérir une oeuvre provenant de ce projet, doit contacter une oeuvre de charité inscrite sur le projet pour faire son don en argent afin d'acquérir une oeuvre inscrite dans le projet. Une fois le facsimilé du reçu acheminé à l'administration du projet, l'investisseur devient propriétaire de l'oeuvre choisie parmi les 25 oeuvres proposée sur le projet. L'administration fait suivre l'oeuvre à l'investisseur par courrier. L'investisseur doit débourser le montant de la livraison. Un certificat d'authenticité incluant le nom de l'investisseur fait aussi partie du projet. Ce certificat sera envoyé à l'investisseur en même temps que le colis contenant l'oeuvre. Le tout fonctionne par confiance mutuelle. L'investisseur pour choisir l'oeuvre de son choix suit la procédure suivante: Il regarde les oeuvres exposées sur le site
http://www.michelboisvertrecherchesculpturale.com en cliquant dans la section "Voir toutes les oeuvres" Les oeuvres dans ce projet sont disponibles pour être vues en tout temps. Les oeuvres mise en don dans ce projet, sont gelées et ne peuvent pas être utilisées ailleurs dans un autre projet. Les artistes qui concentent à donner une ou plusieurs oeuvres dans ce projet doivent eux-même entreposer les oeuvres fournies sous forme de don et doivent permettre aux investisseurs de voir les oeuvres en tout temps.

 
Démarche

 

Pour identifier la pauvreté, JAM invente un langage spécifique destiné à décrire la pauvreté sous forme sculpturale. Chaque sculpture est représentante d’un personnage identifié comme vivant dans la pauvreté. Son écriture ou si vous préférez son style sculptural provient de la recherche sur le sujet. Par sa manière de sculpter, il identifie la pauvreté dans un esthétisme particulier. JAM choisit pour cette élaboration de la recherche un matériel métallique qui provient de la boite de conserve qui représente la pauvreté comme un artéfact de notre civilisation. Pour obtenir ce matériel, il fouille dans les bacs de recyclage mis sur le bord du trottoir chaque semaine. Il détruit l'architecture de la boite et recompose avec le matériel une oeuvre d'art qui par sa structure va définir un caractère contenu à l'intérieur de la pauvreté. Chaque oeuvre individuelle représente un caractère différent. La recherche a permis de produire 77 oeuvres.

JAM administre ce site pour la durée du projet qui sera actif pour aussi longtemps que toutes les oeuvres n'auront pas été vendue sous forme de don.


JAM ne touche pas à cet argent de don. L'échange ce fait uniquement entre le donateur-investisseur et l'organisme de charité.

Pour vous aider à évaluer le montant de votre don, les oeuvres ont déjà été expertisé par l'expert Français Acoun.com pour une valeur initiale de 5,000 Euros chacune. Voici le certificat de cette évaluation:

certificat cotation

Cette valeur sert de référence. L'administration se garde le droit  d'accepter ou de refuser le reçu dans la transaction. L'administration peut refuser un montant ridicule qui ne respecte pas la valeur de l'oeuvre.

Dans la livraison de l’œuvre vous recevrez également un certificat signé par JAM identifiant l’œuvre choisie vous déclarant propriétaire de l’œuvre.
Voici un exemple du certificat :

certificat authenticite

 

 

 

Intervenir ici comme investisseur en art

 

L'argent durement gagné a de la difficulté à reconnaître sa participation au développement humain. L'art étant un vecteur de l'âme humaine, l'argent y trouve rarement une place de choix dans les investissements. Pour contrer cette lacune sociale, JAM propose 25 oeuvres qu'il offre sous forme de don en requérant des investisseurs qu'ils fassent un don à une oeuvre de charité pour acquérir l'oeuvre de leur choix au lieu de passer par la formule reconnue des galeries d'art et des encans reconnues actuellement comme seul vecteur entre l'artiste et l'acheteur. La raison qui motive ce genre de projet en art est celle de faire reconnaître les arts visuels comme un autre potentiel dans l'investissement.
En ce moment l'argent sert un but autre que celui humain qui régit l'acte artistique. L'argent fait partie d'un circuit installé dans la consommation qui en bout de ligne revient à son point d'origine.
Avec ce projet, l'argent investi passe par l'aide à la pauvreté à travers le don fait à un organisme de charité qui a comme but principal d'aider les gens vivant dans la pauvreté, incluant les artistes. L'argent ainsi distribué dans la pauvreté est investi dans l'humain au lieu d'être investi dans des bébelles sans valeur réelle au niveau humain. C'est en participant au projet comme investisseur en art que le processus va évoluer. Chaque participant agissant comme investisseur devient propriétaire d'une des 25 oeuvres offerte par le projet en même temps qu'il est reconnu comme donateur dans la société. Il peut après être devenu propriétaire de l'oeuvre choisie, réintroduire l'oeuvre dans le circuit de la vente qui continue d'exister comme vecteur central des échanges d'oeuvres entre collectionneurs.